Actions "Hollande Dégage !"

Témoignage d’une banderole

Cela faisait des heures que je me sentais toute compressée : de gros bouts de scotch marron m’enroulaient sur moi-même et m’empêchaient de voir la lumière du jour. On me trimbalait un peu partout, sans grand ménagement. Peu à peu, la température autour de moi se rafraîchit, j’entendis des bruits de voix de plus en plus nombreux bien que brouillés (un peu comme quand on a la tête sous l’eau de son bain), et j’eus bientôt l’impression d’être au beau milieu d’une foule. Cependant je ne voyais rien.

Enfin ! quelqu’un m’emporta et commença à me libérer du scotch ! J’allais pouvoir contempler ce qui se passait autour de moi !
Première vision : le ciel maussade. On ne m’avait donc pas menti au sujet du climat parisien, grisâtre et humide. Que voulez-vous ? Le jour où ils organiseront des manifs sur la Côte d’Azur, je serai tout de même bien contente !
Tout le monde pouvait alors voir mon logo : la tronche du gars qui nous sert de président, barrée d’un grand dégage, et accompagnée de ce message « hollande-degage.fr ». Les gens applaudirent. Ah ! A peine à la lumière du jour et j’étais déjà une star ! La classe non ?

Une fois déroulée, des gens avec des têtes plutôt sympas, et vêtus du sweat portant mon logo, m’étendirent et beaucoup se placèrent derrière moi. J’entendais enfin distinctement ce qui se passait autour de moi. Ils discutaient entre eux. Cela m’avait l’air d’être une joyeuse cacophonie que cette manif : ils assuraient qu’ils devaient me porter triomphalement en tête de manif, mais qu’ils ne savaient pas encore trop où c’était.

En tête de manif ! Pour une petite banderole comme moi, à peine fabriquée et déjà portée aux nues ! Je tentais de garder la tête froide et j’observais un peu ce qui se passait autour de moi.
C’était amusant de voir des Français visiblement de toutes les catégories sociales se côtoyer dans la bonne humeur ! J’y ai vu des gens simples et sans prétention ne demandant rien d’autre que de subir moins de pression fiscale. J’ai entendu qu’il y avait un mouvement anti éolienne dans la manif. J’y ai vu des chômeurs et des entrepreneurs, désespérés de retrouver enfin un niveau de vie correct et une fierté ! J’y ai vu des jeunes en dreads et baggy, des moins jeunes couverts de piercings discuter avec des bourgeoises au look catho, et ailleurs et un peu partout des gens à l’aspect passe-partout. J’ai entendu que certains affirmaient que l’on pouvait quitter la sécurité sociale mais que l’état refusait de nous en informer pour continuer à nous pomper notre fric. J’y ai vu des gens dégoûtés et heureux de venir simplement exprimer leur ras-le-bol et leur révolte face à toutes ces mesures du gouvernement faites en dépit du bon sens. J’ai appris par la suite que l’on n’avait que très peu parlé de tous ces gens. C’est dommage. Car ce sont ceux-là que j’ai vu, et dont j’ai entendu les discussions et la colère.

Assez rapidement la manifestation se mit en branle. Mes porteurs avaient réussi à se placer à l’avant du cortège opposé au racket fiscal. La pluie se mit à tomber. C’était bien ma veine. Première manif, et bam sous la flotte ! Heureusement que les gens autour de moi ne manquaient pas d’énergie : ils hurlaient sans relâche « Hollande, maintenant tu dégages ! » ne daignant s’arrêter que pour entonner une Marseillaise. J’en arrivais même à oublier la pluie.
Par contre, je rageais intérieurement : je ne sais combien de banderoles ne cessaient de me doubler ! Mais non ! Derrière ! Restez derrière ! C’est moi la première ! Une fois, deux fois mes porteurs m’ont remise à ma juste place, puis ils se sont lassés et se sont laissés doubler. Glacée jusqu’aux os par la pluie, je n’avais plus qu’à me taire, et à accepter le second rang.

Tout à coup j’ai senti dans la foule un regain d’enthousiasme. De là où j’étais je ne voyais pas grand chose, il aurait fallu que je puisse prendre de la hauteur, mais au loin je voyais des fumigènes et des fumées. Même sans voir, la foule réussit à me communiquer son énergie, et j’aurais tout à coup voulu pouvoir sauter de joie et hurler ce message écrit sur mon corps : « Hollande Dégage ! Dégage ! On n’a pas besoin de toi ! Tu as réussi à mettre dans la rue des Français très différents les uns des autres, tu as réussis à leur redonner envie d’exprimer leur colère, ensemble, et de reprendre les choses en mains, ne plus se contenter de rester chez eux, individualistes, seuls et désespérés ! mais maintenant ça suffit, tu as fait assez de dégâts, alors dégage !  » J’aurais bien voulu me mettre à courir, à empoigner un mégaphone, à revenir à l’avant de la manif, et à faire hurler toutes ces personnes hétéroclites qui n’avaient qu’un point commun : être embarqués dans la même galère, habitants d’un même pays. J’aurais voulu déplacer les montagnes, mais je ne suis qu’une pauvre banderole, et mon rôle est simplement de m’afficher en silence.

Cependant, comme si mon enthousiasme intérieur avait été transmis à mes porteurs, peu de temps après, pris d’un sursaut incompréhensible, ils décidèrent de retourner en tête de manif. Un garçon cria : « banderole en ligne !  » et les autres s’exécutèrent, en file sur le côté de la manif, ils remontèrent tout le cortège sous les acclamations et les slogans « Le peuple demande la démission d’Hollande ! Le peuple demande la démission d’Hollande ! »
C’est ainsi que je pus achever la manif devant tout le monde, que je pus être mille fois photographiée, que je pus observer le déroulement des événements sans plus recevoir les pieds des gens dans la figure ! Et surtout que je pus entendre crier, encore et encore « Hollande Dégage ! »

1656019_10202336646350822_1942875410_n

3 commentaires sur “Témoignage d’une banderole

  1. Belle banderole toute neuve ! Je la porte sur la photo avec 2 de mes frères et 2 de mes cousins, 5 au total pour exprimer notre ras le bol !

  2. Superbe commentaire de Jacksie Liscarroll. La France se divise en 2 : ceux qui sont derrière Valls et Hollande, près des intérêts des banques, ceux de l’autre côté, c’est à dire le Peuple, c’est à dire : NOUS !!

  3. J’aime beaucoup ce qu’exprime cette banderole avec beaucoup de finesse et d’humour et pourtant la colère est en nous et je crains que çà finisse très mal. Hollande doit dégager mais avec lui Valls et toute la bande de bras cassés qui trône à l’Elysée faisant des discours infâmes et prenant les Français pour des êtres stupides. Alors tous ensemble crions ! hurlons ! hollande dégage, casses-toi ! tous les pays d’Europe se moquent de nous c’est du jamais vu…du vent flanby de l’air ……prends ton casque et ton scooter et barre-toi